mardi 22 août 2017

La cité des ténèbres, tome 6 (retour sur la série)

Cassandra Clare
Éditions PKJ
791 pages

«Les ténèbres s'abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu'ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l'arrêter. L'unique espoir de l'anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d'Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s'annonce plus difficile que jamais...»

Mon avis


9/10

Je me suis lancée dans La cité des ténèbres les yeux fermés après avoir vu l'adaptation en film il y a quelques années. 6 tomes plus tard, je peux dire que c'est une série que j'ai adorée!

Un des points les plus forts selon moi, ce sont les personnages. On s'y attache vraiment et on aime les découvrir peu à peu. C'est comme si c'était de véritables personnes, qu'on apprend à connaître. Après les premiers tomes, par exemple, je n'aimais pas du tout Simon, qui m'exaspérait au plus haut point. J'ai l'impression d'avoir appris à l'aimer comme j'aurais changé d'opinion sur une véritable connaissance après avoir passé plus de temps avec lui. Peu de séries m'ont donné cette impression avec les personnages. 

L'univers est aussi très riche. Dans les premiers tomes, c'est un peu lourd je trouve, car il y a beaucoup d'éléments, mais après c'est génial. Les vampires, les loups-garous, les elfes... J'ai aimé la mythologie développée par l'auteure. Je trouve aussi que l'histoire est bien dispersée au fil des tomes: il y a un fil conducteur, une quête commune à toute la série, mais qui se fait par étape. Quand on finit un tome, on conclue une partie de l'histoire et on n'a pas l'impression d'avoir lu un tome de transition comme il arrive trop souvent. 

Le tome 6, le dernier de la série, était excellent! 791 pages, mais écrit gros et ça se lit tout seul. 

Si vous n'avez pas encore lu la série et que vous aimez le fantastique et le young-adult, foncez! De mon côté je prends une petite pause et je me lancerai prochainement dans les autres séries de l'auteure se déroulant dans le même univers.

mardi 8 août 2017

Bilan de juillet 2017




Très bonnes lectures




Bonnes lectures




L'été dernier à Syracuse

Delia Ephron
Éditions Michel Lafon
347 pages

«Michael et Lizzie, deux New-Yorkais respectivement écrivain et journaliste, partent pour une semaine en Italie avec Finn et sa femme Taylor accompagnés de Snow, leur fille de dix ans surprotégée et surangoissée. Lizzie l'a décidé, ils iront d'abord à Rome puis à Syracuse, sur la côte sicilienne.
Tout sépare les deux couples – milieu social, idées politiques et passions –, mais le décor idyllique fait de bons vins, de gelati et de ciel bleu devrait être celui de vacances paradisiaques. Pourtant, même loin de chez eux, les secrets du passé et les infidélités du présent refont surface. Lizzie et Finn, qui ont eu une histoire des années auparavant, flirtent à nouveau ; Michael, quant à lui, cherche le courage de dire à Lizzie qu'il veut la quitter afin de vivre au grand jour sa relation avec Kath, une jeune serveuse.
Dans un paysage inondé de soleil, les journées s'égrènent lentement. Entre désaccords et reproches, les deux couples sont mis à l'épreuve et, déjà fragilisés par le temps, se fissurent davantage. Dans une ambiance de plus en plus délétère, les mensonges sont mis au jour. Et la jeune Snow, plongée au cœur de ce quatuor dissonant, devient malgré elle le catalyseur d'un drame inévitable.»

Mon avis

7/10

Les drames contemporains, ce n'est pas tout à fait mon truc, mais j'ai tenté le coup avec L'été dernier à Syracuse. Cela n'a pas été une lecture que j'ai adorée, mais j'ai quand même relevé certains points que j'ai aimés et qui en ont fait une lecture addictive. 

D'abord, j'ai trouvé l'ambiance très réussie. C'est l'Italie, la chaleur, la plage... et c'est aussi une sensation oppressante de mensonge et de manipulation conjugale. J'ai beaucoup aimé ce mélange de légèreté et de lourdeur. Tout est caché, tout est recouvert et c'est intéressant pour le lecteur de pouvoir percer les mystères à travers des chapitres selon le point de vue de chaque personnage. 

Du côté des personnages, j'ai trouvé qu'ils servaient très bien l'histoire. Ils ne sont pas nécessairement attachants, mais c'est bien ainsi. Aucun d'eux n'est heureux et j'ai trouvé plaisant de découvrir le côté noir de chacun. Il y a un personnage qui sort énormément du lot: Snow, la fille de l'un des deux couples de l'histoire, qui a une douzaine d'année. Sa mère la couve et la traite comme fillette. Elle a une personnalité très étrange, psychopathe sur les bords. Une grande partie de mon intérêt pour ce livre a été ce personnage, qui est si difficile à cerner.

Pour conclure, c'était une lecture agréable avec une ambiance très prenante qui saura plaire si une histoire de mensonge et de manipulation vous tente. 

Je remercie grandement les éditions Michel Lafon Canada pour ce partenariat!