samedi 15 juillet 2017

Lux, tome 4: Origine

Jennifer L. Armentrout
447 pages
Éditions J'ai lu

«L’expédition du Mont Weather s’est soldée par un échec et la disparition de Katy. Fou de rage et rongé par la culpabilité, Daemon est prêt à tout pour retrouver sa trace… quitte à mettre les siens en danger ou faire cavalier seul.
De son côté, Kat n’a qu’une préoccupation : survivre. Et entourée d’ennemis, elle ne pourra s’en sortir qu’en s’adaptant. Mais de l’autre côté de la barrière, les choses ne sont plus si simples : qui du Dédale, des humains, ou même des Luxens doit-elle craindre le plus ?
Bien qu’ensemble Katy et Daemon soient capables de soulever des montagnes, leur couple sera-t-il assez solide pour affronter la vérité ?»

Mon avis


8/10

Depuis le tome 1 que j'ai adoré, lire un titre de cette saga est devenu une lecture bonbon. Je me garde précieusement le tome 5... Si vous aimez la romance et le fantastique et que vous ne vous vous êtes pas encore plongés dans Lux, je vous dit: «Mais qu'attendez-vous?»

Ce tome 4 est assez différent des autres. Dans les trois premiers livres, Deamon, Kat et compagnie vont à l'école et vivent leur train train quotidien tout en intercalant quelques activités extraterrestres. Dans ce roman-ci, plus le temps pour les études, tout de même, on a d'autres chats à fouetter (ou d'autres ennemis à pulvériser tout en évitant de se faire pulvériser). J'ai bien aimé ce changement de décor. On commence à comprendre plus d'éléments de l'intrigue par rapport aux Luxens et à leurs ennemis.

J'ai adoré lire la relation amour-haine et Kat et Deamon dans les premiers tomes, mais ici, elle s'intensifie et devient ce qu'on voulait qu'elle soit dès le début. Les personnages restent cependant très fidèles à eux-mêmes, malgré tous les changements qui arrivent dans ce tome. On s'attache beaucoup à eux! 

L'écriture n'est pas la plus peaufinée qui soit, mais c'est un roman ado et ça fait très bien le travail. J'ai continuer à beaucoup aimé les remarques que se font Kat et Deamon.

Pour conclure, je reprends ma phrase d'intro: «Mais qu'attendez-vous?»

jeudi 13 juillet 2017

Le sang des dieux et des rois, tome 2: Empire de poussière

Eleanor Herman
Éditions Robert Laffont
Collection R
384 pages

«Magie sanguinaire, amours interdites et soif de vengeance : ni les dieux ni les rois ne sont à l'abri de la folie des hommes.
Sorti victorieux de sa première bataille, le prince Alexandre se fait violence pour devenir le chef dont son royaume a besoin. Héphestion, temporairement écarté du pouvoir et envoyé en Égypte avec Katerina, doit la protéger d'une terrible prophétie. Déterminé à faire une croix sur son premier amour, Jacob le guerrier s'est promis d'éradiquer la Magie de Sang et cherche l'aide de Cyané, qui croupit dans les geôles royales. La princesse persane Zofia, enfin, qui poursuit sa quête des Dévoreurs d'Âmes, devra d'abord démêler les noirs secrets de son séduisant mais funeste ravisseur...»

Mon avis


9/10

Avec son côté historique se mêlant à la magie, le premier tome avait grandement éveillé ma curiosité et je l'avais dévoré. Je me suis donc jeté aussi avidement sur le suivant, que j'ai également adoré.

Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est le développement du côté magique dans cette suite. Dans le premier tome, il y a peu de magie et c'est très flou. Ici, il y en a beaucoup plus et on commence à voir l'ampleur qu'elle peut prendre dans l'histoire. Sans nous lancer tout cela au visage, j'ai adoré comment l'auteur l'a intégré peu à peu. 

Un autre côté du livre que j'adore, mais qui pourrait être un aspect négatif pour d'autres lecteurs, est l'alternance des points de vue des personnages. On a un collage des différentes histoires de nombreux personnages, qui ne se connaissent pas tous, qui ne sont pas au même endroit et qui vivent des aventures complètement différentes. Plusieurs ont des liens entre eux, ce qui garde tout de même une grande cohérence dans l'histoire. Il y a beaucoup de personnages, mais je les trouve tous intéressants.

Si le premier tome en était plutôt un d'introduction, on entre ici vraiment dans l'histoire, dans les complots, dans la magie... Et on a très envie de se plonger tout de suite dans le troisième pour répondre aux questions en suspend... 

La Belgariade, tome 4 et 5 (et retour sur la série entière)


David Eddings
Tome 4: La tour des maléfices
Tome 5: La fin de la sortie de l'enchanteur

Résumé du tome 1:
« Et les Dieux créèrent l'homme, et chaque dieu choisit son peuple. Ah! Que le monde était jeune, que les mystères étaient limpides! Mais Torak, le dieu jaloux, vola l'Orbe d'Aldur, le joyau vivant façonné par l'aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon fut châtié ; à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit, il dort toujours, d'un long sommeil hanté par la souffrance.
Le fleuve des siècles a passé sur les royaumes du Ponant. Les livres des présages ne parlent plus qu'aux initiés, mais ils sont formels : Torak va s'éveiller. Et justement l'Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses.
Belgarath le sorcier parviendra-t-il à conjurer le sort? Dans cette partie d'échecs cosmique, il a réussi à préserver une pièce maîtresse : le dernier descendant des Gardiens de l'Orbe, désigné par les présages, mais qui n'est encore qu'un petit garçon jeté sur les routes par une venteuse nuit d'automne. Un simple pion, et si vulnérable...»


Mon avis


9/10

Avec La Belgariade, j'ai découvert une série de fantasy que l'on peut qualifier de classique, mais qui n'en est pas réduite à ressembler à toutes les autres. J'ai lu dans les dernières semaines les tomes 4 et 5 pour terminer la saga. Le tome 4 n'est pas le meilleur à mon avis, mais j'ai beaucoup aimé la fin avec le cinquième. 

Le premier tome avait été une superbe lecture. Les personnages sont géniaux, originaux et ont du caractère. J'avais été charmé par la plume de l'auteur et particulièrement par la répartie et les mauvais coups de Silk, de loin mon personnage préféré! Dommage qu'il apparaissent moins dans le reste de la série.

Avec les tomes 2 et suivants, on en apprend plus sur la quête de Garion, qui est élu pour combattre le mal et sauver tout le monde. C'est un schéma qu'on a vu et revu, mais ça ne m'a pas trop dérangée pour cette lecture, préférant le voir comme le côté plus classique de l'histoire. 

J'ai trouvé que l'histoire retombait avec les tomes 3 et 4. J'aurais de la difficulté à expliquer ce qui s'est déroulé dans ces tomes. Quoiqu'il en soit, cela a valu la peine, car le dernier livre (surtout la seconde moitié) est très bon. Dans ce dernier tome, j'ai moins aimé le début, car on parle presque uniquement de la mobilisation d'une armée, qui au fond, ne sert pas à grand chose, car on attend seulement que Garion en finisse avec le mal. Je quitte avec regret les personnages. Peut-être lirai-je La Mallorée, la seconde série dans cette univers.

mercredi 12 juillet 2017

Volatilisés

Liam Fost
202 pages
Éditions Rebelle

«À son réveil, Matthew s’aperçoit que quelque chose ne va pas. Il sort de chez lui et se rend compte qu’il est seul, que tout le monde a disparu. Tout lui paraît différent, ce Nouveau Monde semble être un patchwork de celui qu’il connaissait...
Où se trouve-t-il réellement ? Pourquoi est-il là ? Les personnes qu’il va rencontrer pourront peut-être l’aider, mais seulement le voudront-elles ?
S’il souhaite s’en sortir, Matthew devra s’adapter à un nouvel univers, ainsi qu’à ses règles.»



Mon avis



9/10

Celui-là, je n'ai pas été capable de le refermer... Les 200 pages se lisent toutes seules. D'abord, j'ai vraiment adoré l'ambiance très angoissante du début. Imaginez... Vous vous réveillez un matin et il n'y a plus personne nulle part. C'est complètement flippant et l'auteur arrive très bien à nous transmettre cette impression. 

Par la suite, il y a un petit côté science-fiction qui embarque, que j'ai d'ailleurs trouvé d'une belle originalité. Il faut le dire, ce n'est pas le roman le plus développé qui soit (en 200 pages, pas moyen de faire des miracles non plus). Cependant, cela ne m'a pas dérangé du tout. Chacune des pages sert bien l'histoire. Le rythme est excellent, les personnages, pas trop nombreux, ont chacun leur place pour nous faire comprendre cet univers. 

Les personnages sont selon moi d'ailleurs un élément assez fort du roman. Je voulais qu'ils s'en sortent et je les ai trouvés attachants. J'ai aussi beaucoup aimé comment l'auteur a intégré une petite fille à l'histoire. Quelque fois quand les auteurs placent des personnages très jeunes, ils ne les font pas agir comme des enfants de façon réaliste. Ici, c'était parfait. 

Le seul bémol que j'ai pour ce roman, c'est la fin un peu trop précipitée. 

Pour conclure, je vous le conseille fortement (à moins qu'une univers très développé soit un critère essentiel dans une lecture pour vous). Si vous ne connaissiez pas les Éditions Rebelle, ce titre et plusieurs autres en valent la peine!

Je remercie grandement la maison d'édition pour l'envoi!



mardi 11 juillet 2017

Egregor

Gab Stael
251 pages
Éditions Rebelle

«En pleine rébellion adolescente, Mika apprend qu'il est le fruit d'une expérience divine. Esclave et spectateur de sa propre existence, il va mener une sorte d'initiation pour conserver son équilibre. S'il échoue, l'humanité sera détruite... Mais il comprendra vite que Dieu et Lucifer sont loin d'être les seuls à tirer les ficelles.»

Mon avis


7/10

Si tout ce qui touche la mythologie des anges et des démons vous intéresse, ce livre est fait pour vous! Alors que l'histoire commence doucement avec la vie d'un adolescent très mal dans sa peau, elle prend rapidement de l'ampleur. 

Si le résumé laissait entendre que Dieu et Lucifer avaient quelque chose à faire dans l'histoire, je ne m'attendais pas à ce que les anges et les démons prennent toute la place. Comme ce n'est pas un sujet qui m'intéresse particulièrement, ce n'était pas pour moi un point positif. Cela pourrait par contre l'être pour d'autres! L'auteur élabore fortement sur l'équilibre entre le bien et le mal, le rôle des anges et des démons pour la préservation de l'humanité. Pour moi, cela devenait trop complexe et je me suis perdue... J'ai cependant décroché seulement dans les 50 dernières pages et j'ai tout de même apprécié l'histoire. J'avais envie d'ouvrir le livre et de m'y plonger pour connaitre la suite. Mikaël a un destin très particulier et on a envie de savoir comment il va s'en sortir. 

Si l'auteur élabore beaucoup sur la mythologie, il aurait cependant pu le faire un peu plus à certains moments de l'histoire, comme au début. Il se passe trop rapidement quelque chose de bizarre dans la vie du personnage et on entre trop rapidement dans le vif du sujet. J'ai aimé la description des démons. J'ai cependant trouvé un peu étrange que Dieu et Lucifer se jasent comme-ci comme-ça en utilisant des termes que des adolescents auraient pu employer.

La fin est... déroutante. J'aime cependant les fins qui ne se déroule pas comme on l'aurait prédit, alors j'ai aimé!

Pour conclure, je n'ai pas accroché autant que je l'aurais voulu à ce roman, car le thème ne m'interpelle pas assez, mais il y a une belle recherche et une belle complexité pour ceux qui auraient plus d'intérêt pour le sujet.

Je remercie grandement les Éditions Rebelle pour l'envoi de ce roman!


dimanche 2 juillet 2017

Les Nains

Markus Heitz
Éditions Bragelonne / Milady
Tome 1: Le passage de pierre
Tome 2: Lame de feu

«Lorsque s'effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C'est le jeune Nain Tungdil qui donne l'alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, le Mage Lot-Ionan, il découvre l'armée qui avance sur le pays. A la tête de cette force d'invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. Tungdil n'a pas d'autres choix, s'il veut sauver Hommes, Elfes, Mages et Nains du péril imminent, que de devenir un héros.»

Mon avis


8/10

Le fantasy est l'un des mes genres préférés et c'est pour des univers aussi riches que celui qu'a créé Markus Heitz que cela me plait tant. Dans Les Nains, on retrouve des créatures classiques comme les orcs et les elfes qui côtoient des humains. Cette fois par contre, vous l'aurez deviné, ce ne sont pas ces derniers qui sont à l'honneur, mais bien les nains.

Exploités dans différents univers, le plus souvent à titre de personnages secondaires, les nains sont très intéressants à découvrir. Cette série me tentait depuis de nombreuses années pour cette raison. Ma lecture a été à la hauteur de mes attentes et je suis ravie de m'être enfin lancée!

Le personnage principal est Tungdil, un nain élevé par un mage humain qui ne connait pas la culture de son peuple. Il est embarqué malgré lui dans une course à la succession de la chefferie d'un clan nain, mais aussi dans une quête pour sauver le Pays Sûr des forces du mal. J'ai adoré ce personnage, qui est à la fois attiré par la façon de vivre des nains et d'un autre côté assez différent de ses congénères à cause de son éducation. C'est avec les personnages secondaires que l'on comprend vraiment qui sont les nains et quels sont les trains de leur peuple.

Un petit regret par contre: j'ai trouvé que le mode de vie des nains n'était pas assez expliqué. On en sait un peu, mais toute l'histoire se passe autour d'un nain qui n'en est pas vraiment un et autour d'une quête qui aurait pu être celle d'un humain. J'espère que cela est creusé un peu plus avec les tomes suivants.

Au final, tout est assez classique dans ce roman: le type de personnages, le type de quête. Une petite groupe hétéroclite qui s'unit pour sauver le monde des forces du mal qui commencent à se propager? Je commence à avoir lu un peu trop d'histoires basées sur ce schéma. Cependant, l'écriture est très agréable et ce fut un excellent moment de lecture malgré tout.

samedi 1 juillet 2017

Le souffle des feuilles et des promesses

Sarah McCoy
Éditions Michel Lafon
334 pages

« Hallie Erminie, issue d'une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère qui adore écrire. À New York, où elle s'est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l'être. Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de XIXe siècle, et s'attachent l'un à l'autre sans oser se l'avouer. Malheureusement, quand Post part pour l'Alaska du jour au lendemain, la possibilité d'une histoire d'amour s'évanouit. Commence alors un chassé-croisé qui durera une dizaine d'années, des États-Unis à l'Italie en passant par l'Angleterre ou la France. Tandis que Hallie Erminie rencontre le succès grâce à ses livres, Post Wheeler se destine finalement à une carrière politique. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens grandissent mais le destin semble peu enclin à les réunir. Oseront-ils s'avouer leur amour ? »

Mon avis


8/10

Parmi les publications des dernières années chez Michel Lafon, une jeune auteure à surveiller est Sarah McCoy. Avec trois roman à son actif, on n'en entend parler de plus en plus. Pour avoir lu ses trois titres, je constate que, tout en restant dans un style similaire, Sarah McCoy connait plus d'une façon de raconter. J'ai en effet trouvé ses romans assez différents les uns des autres, dans les thèmes comme dans la façon dont la plume était travaillée.

J'ai beaucoup aimé Un goût de cannelle et d'espoir, qui se joue sur plusieurs époques et plusieurs lieux et qui trempe dans le secret de famille. J'ai trouvé l'effet moins réussi dans Un parfum d'encre et de liberté. Dans ce roman-ci, on va ailleurs. Pas de secret de famille, pas de saut dans le temps. On nous raconte plutôt l'histoire d'une jeune auteure à travers ses débuts dans l'écriture et son histoire d'amour.

Sans qu'il ne soit mémorable, j'ai beaucoup aimé ce roman. Tout est... paisible. Il se déroule de nombreuses péripéties, mais j'avais l'impression qu'écouter une personne âgée raconter sa vie pendant ma lecture de ce livre. L'écriture est douce, linéaire, sans remous. 

Ce qui a particulièrement retenu mon attention, c'est le thème de l'édition et des femmes. C'était à l'époque un monde d'hommes et j'ai beaucoup aimé découvrir l'univers d'une femme forte qui a fait sa place et sa réputation à la force de sa volonté. Les étapes de publication ne se sont plus du tout comme aujourd'hui et j'ai aimé la partie de l'histoire où elle tente de se faire publier. On traite également beaucoup de son histoire d'amour un peu difficile, qui n'a cessé de s'effilocher et de se raccommoder à cause des caractères bien sentis des deux personnes impliquées. J'ai aimé, mais l'histoire manquait pour moi un peu d'éclat.

Pour conclure, j'ai apprécié cette lecture douce et paisible, mais ce troisième roman ne déclasse pas pour moi le premier de l'auteure, que je vous conseille de lire avant celui-ci.

Je remercie grandement Les Éditions Michel Lafon Canada pour l'envoi de ce roman!