mardi 19 septembre 2017

Les rois mongols

Nicole Bélanger
Éditions Québec Amérique
185 pages

«Octobre 1970. Manon, adolescente sensible et délurée, apprend qu’elle et son petit frère qu’elle aime plus que sa propre vie seront placés en familles d’accueil. Jamais Mimi et elle ne seront séparés. Jamais. Elle l’a promis « juré craché ». Devant la menace imminente, Manon choisit le chemin de la rébellion et de la fuite. Inspirée par les événements politiques qui secouent le pays, elle élabore un complot dans le but de kidnapper une vieille femme qui leur servira d’otage et de grand-mère. Avec l’aide de ses deux cousins, elle met vite son plan à exécution.
 
 « Ils vont me l’aplatir, me l’uniformiser, me le rouleaucompresser, éteindre ses désirs, tuer sa rage. Je ne les laisserai pas faire. Moi pis Mimi, on va s’en aller loin. On va rester rebelles, insoumis, mal élevés et fiers de l’être. Plus personne va réussir à nous décourager en nous faisant croire qu’on est des sans-dessein. On va devenir capables de tout. »

Mon avis


8,5/10

Il y a décidément une thématique dans les nouvelles parutions chez Québec Amérique (voir ma dernière chronique sur Un temps nouveau), puisque j'ai eu la chance de lire un autre roman nous plongeant dans les années 70 au Québec. L'angle est cependant très différent et ce fut une autre excellente lecture.

Manon et Mimi, une soeur et un frère qui ne peuvent compter que l'un sur l'autre ces temps-ci. Leur père est malade, leur mère le devient à force de devoir gérer la situation. Alors qu'ils sont hébergés encore une fois chez leur tante pendant un épisode de la maladie de leur père, leurs cousins leur révèlent qu'ils seront placés dans des familles d'accueil. DES familles, pas une. Commence alors une aventure plus que loufoque de kidnapping de grand-mère anglaise. 

La présente édition du roman est sortie pour accompagner celle de son adaptation cinématographique prochaine. Sachant cela, j'ai imaginé ma lecture comme si je visionnais le film et cela fonctionnait très bien. L'écriture permettait de très bien imaginer les scènes. 

J'ai aimé le côté complètement absurde de l'histoire. Les enfants n'en font qu'à leur tête, jusqu'à commettre des actes très graves et on dirait qu'il n'y a aucune conséquence. L'innocence de la jeunesse est tout à fait mise en avant. Le thème de la politique est aussi très présent. Les événements liés au FLQ et la violence les entourant sont abordés. L'innocence de l'enfant et la politique: un mélange de thématiques qui donne un résultat explosif!

Ce roman est court, mais poignant. Je vous le conseille! Il m'a donné très envie de voir le film lorsqu'il sortira. 

Je remercie grandement les Éditions Québec Amérique pour cette lecture!


Un temps nouveau

Micheline Duff
Éditions Québec Amérique
296 pages

«Alors que le Québec vient d’amorcer sa Révolution tranquille, la jeune Nathalie entreprend sa propre petite insurrection lors de conflits générationnels avec ses parents. Sa rencontre et son amitié avec une femme audacieuse prônant l’avènement d’un temps nouveau l’influenceront pour le reste de son existence. Crise identitaire, montée du séparatisme, libération des mœurs, féminisme, scission de l’Église et de l’État, jalonneront son parcours et sa recherche d’une vie stable et sereine.

Dans ce vingt-deuxième roman, Micheline Duff livre avec sensibilité un récit inspiré du témoignage de faits vécus. Entrelaçant habilement réalité et fiction, elle raconte la vie d’une femme attachante durant une période charnière de l’histoire du Québec, pendant et après la Révolution tranquille. Mais… était-elle vraiment tranquille, cette révolution ?»

Mon avis


9/10

Un temps nouveau, c'est le Québec des années 70. C'est la pilule contraceptive qui entre dans nos vies. C'est la femme qui s'émancipe. C'est ma grand-mère qui décide qu'elle, elle n'en veut que deux des enfants pour avoir du temps pour sa carrière d'enseignante. Un temps nouveau, c'est une époque que je n'ai pas vécue, mais qui résonne fort dans ma tête. 

Le roman est une réussite sur plusieurs points. L'écriture de Micheline Duff est d'abord excellente. C'est fluide, c'est agréable à lire et elle réussit vraiment à nous dépeindre la réalité d'une jeune femme de la Révolution tranquille. Je ne pensais pas qu'un livre sur ce thème et cette époque m'attirerait, mais je suis très contente de l'avoir lu. Je connaissais plusieurs faits et caractéristiques de cette époque, mais lire un roman qui la met en scène m'a vraiment donné l'impression de mieux la comprendre. Je serais curieuse de connaître l'avis de quelqu'un de plus âgé qui a vécu les années 70.

J'ai adoré le personnage de Nathalie. On la voit évoluer, de sa phase rebelle d'adolescente qui veut goûter à l'interdit, à celui de femme assumée. Nathalie incarne la femme de cette époque, celle que le mariage laisse indifférente et qui veut étudier malgré les embuches. On voit à travers elle aussi le portrait d'une famille éclatée et non conventionnelle, mais dont le bonheur des membres et le souci principal. 

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé cette lecture, qui m'a fait vivre une époque pas si lointaine et si importante dans l'histoire du Québec. Je suis habituée à être transportée des siècles en arrière lorsque je lis un roman historique Ce voyage dans le temps beaucoup plus court m'a enchantée. 

Je remercie grandement les Éditions Québec Amérique pour cette lecture!



dimanche 27 août 2017

Parfums d'amour

Stacey Lee
Éditions Michel Lafon
365 pages

«Mimosa, seize ans, est l'une des deux dernières aromaticiennes de la planète. Grâce à son odorat magique, elle développe des parfums plus envoûtants que n'importe quel philtre d'amour. Mais si elle veut conserver son pouvoir, elle doit préserver son cœur à tout prix et ne jamais tomber amoureuse. La jeune fille pense donc son avenir tout tracé : confectionner des potions, s'occuper de ses fleurs, inspirer des sentiments aux autres, et rester inexorablement seule. Mais quand la mère de Court, la star du lycée, boit un élixir qui ne lui était pas destiné, Mimosa est prise au piège... L'adolescente va alors réaliser que l'amour est bien plus qu'une savante équation de senteurs.»

Mon avis


10/10 - Petit coup de coeur!

Franchement, je n'étais vraiment pas certaine que ce roman me plairait, mais... Wow, c'était si beau! J'ai vraiment adoré, du début à la fin.

Mimosa est une aromaticienne. Elle a un odorat extrêmement développé et peut concocter des philtres d'amour pour les autres en s'inspirant de leur odeur. Elle étudie sa profession avec sa mère, mais a réussi à convaincre celle-ci de la laisser aller au lycée.

D'abord, j'ai adoré le concept des aromaticiennes! C'est simple, c'est mignon et le fait que Mimosa sente tout à la perfection a beaucoup agrémenté le style d'écriture. J'aime quand un auteur utilise les sens pour décrire une scène et, ici, l'odorat était constamment exploité. La peine d'amour sent la myrtille, l'amour sent la crème brûlée... Les aromaticiennes ont aussi un code d'éthique très sévère. Elles n'utilisent leurs philtres que pour faire le bien et elles s'occupent de chaque client avec soin. C'était si agréable à lire!

Je suis aussi tombée en amour avec les personnages. Mimosa est une jeune fille simple, tellement gentille, pacifique. Il y a aussi Court, le garçon populaire, mais qui a un grand coeur et une belle personnalité. 

Certes, l'histoire est assez prévisible. Mais dans ce type de roman... on s'en fiche! Avez-vous vu le film Une histoire de Cendrillon, avec Hilary Duff et Chad Micheal Murray? C'est exactement le même genre d'ambiance. C'est tout doux, on sait que tout va bien finir... et c'est parfait comme ça!

Je remercie grandement les Éditions Michel Lafon Canada pour l'envoi de ce roman!

Artala

Ena Fitzbel
Éditions Rebelle
295 pages

«Dans le lointain pays d’Artala, les nobles sont dotés de la jeunesse éternelle. L’on raconte qu’Érato, leur impétueuse reine, use de magie pour la leur procurer. Mais la réalité est tout autre ! Le jour où son secret est mis en péril, Érato décide de faire appel à Orfef, un ancien lieutenant de sa garde personnelle, banni quelques années plus tôt. Pour aller le trouver aux confins du royaume, elle s’adresse au meilleur ami de celui-ci, Silas, son chef des armées. Le voyage serait bien plus simple pour Silas s’il n’était pas accompagné du premier lieutenant d’Érato, la piquante Nausicaa, qui l’attire plus que de raison.»

Mon avis


8/10

Une couverture envoûtante à souhait, c'est la première chose qui m'a fait pencher pour Artala. Avec ce château, cette brume et ce titre en rouge, on croirait d'abord qu'on nous transporte dans le fin fond de la Transylvanie avec nos amis les vampires, mais ce n'est pas tout à fait cela... On a plutôt droit à une royauté d'immortelle avec, à sa tête, une reine qui est prête à tout pour continuer à s'approvisionner en sérum de jeunesse.

En général, c'est une histoire que j'ai beaucoup aimé. On rencontre des personnages haut en couleurs. Il y a d'abord la reine Érato et son premier lieutenant Nausicaa. Parce qu'on sait qu'elles ne sont belles et jeunes qu'à cause d'un sérum, je les imaginais magnifiques, mais très artificielles et je trouvais cela grandiose comme situation de départ. On rencontre ensuite Silas, le chef des armés, chargé de partir en mission avec Nausicaa pour réouvrir le passage qui mène au lieu pour se procurer le sérum de jeunesse tant convoité.

Le livre est classé érotisme, alors je m'attendais à certaines scènes. Cependant, je n'aime pas beaucoup quand des personnages se tombent dans les bras en quelques secondes. Cela peut arriver dans la vie, alors pourquoi pas dans un livre, mais j'ai toujours de la misère à y croire et cela diminue mon intérêt pour la relation entre les personnages. Comme de raison, ce n'est pas trop long que Silas succombe à la beauté artificielle de la fougueuse Nausicaa. J'aimais bien Silas au début, mais à partir de là, je le trouvais un peu idiot, la langue pendue devant la jolie fille. Heureusement pour le personnage de Silas, il a un fils malade qu'il essaie de sauver de la mort et cela le rend plus complexe et plus intéressant.

J'ai aimé la situation de départ, mais mon intérêt pour l'histoire a décuplé vers la fin. Artala n'est pas ce que je pensais être... L'auteure a eu une belle adresse dans la construction de son univers et j'ai beaucoup aimé que certains éléments cela ne soient révélés que tard dans le roman.


Je remercie grandement les Éditions Rebelle pour ce partenariat!


mardi 22 août 2017

La cité des ténèbres, tome 6 (retour sur la série)

Cassandra Clare
Éditions PKJ
791 pages

«Les ténèbres s'abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu'ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l'arrêter. L'unique espoir de l'anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d'Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s'annonce plus difficile que jamais...»

Mon avis


9/10

Je me suis lancée dans La cité des ténèbres les yeux fermés après avoir vu l'adaptation en film il y a quelques années. 6 tomes plus tard, je peux dire que c'est une série que j'ai adorée!

Un des points les plus forts selon moi, ce sont les personnages. On s'y attache vraiment et on aime les découvrir peu à peu. C'est comme si c'était de véritables personnes, qu'on apprend à connaître. Après les premiers tomes, par exemple, je n'aimais pas du tout Simon, qui m'exaspérait au plus haut point. J'ai l'impression d'avoir appris à l'aimer comme j'aurais changé d'opinion sur une véritable connaissance après avoir passé plus de temps avec lui. Peu de séries m'ont donné cette impression avec les personnages. 

L'univers est aussi très riche. Dans les premiers tomes, c'est un peu lourd je trouve, car il y a beaucoup d'éléments, mais après c'est génial. Les vampires, les loups-garous, les elfes... J'ai aimé la mythologie développée par l'auteure. Je trouve aussi que l'histoire est bien dispersée au fil des tomes: il y a un fil conducteur, une quête commune à toute la série, mais qui se fait par étape. Quand on finit un tome, on conclue une partie de l'histoire et on n'a pas l'impression d'avoir lu un tome de transition comme il arrive trop souvent. 

Le tome 6, le dernier de la série, était excellent! 791 pages, mais écrit gros et ça se lit tout seul. 

Si vous n'avez pas encore lu la série et que vous aimez le fantastique et le young-adult, foncez! De mon côté je prends une petite pause et je me lancerai prochainement dans les autres séries de l'auteure se déroulant dans le même univers.

mardi 8 août 2017

Bilan de juillet 2017




Très bonnes lectures




Bonnes lectures




L'été dernier à Syracuse

Delia Ephron
Éditions Michel Lafon
347 pages

«Michael et Lizzie, deux New-Yorkais respectivement écrivain et journaliste, partent pour une semaine en Italie avec Finn et sa femme Taylor accompagnés de Snow, leur fille de dix ans surprotégée et surangoissée. Lizzie l'a décidé, ils iront d'abord à Rome puis à Syracuse, sur la côte sicilienne.
Tout sépare les deux couples – milieu social, idées politiques et passions –, mais le décor idyllique fait de bons vins, de gelati et de ciel bleu devrait être celui de vacances paradisiaques. Pourtant, même loin de chez eux, les secrets du passé et les infidélités du présent refont surface. Lizzie et Finn, qui ont eu une histoire des années auparavant, flirtent à nouveau ; Michael, quant à lui, cherche le courage de dire à Lizzie qu'il veut la quitter afin de vivre au grand jour sa relation avec Kath, une jeune serveuse.
Dans un paysage inondé de soleil, les journées s'égrènent lentement. Entre désaccords et reproches, les deux couples sont mis à l'épreuve et, déjà fragilisés par le temps, se fissurent davantage. Dans une ambiance de plus en plus délétère, les mensonges sont mis au jour. Et la jeune Snow, plongée au cœur de ce quatuor dissonant, devient malgré elle le catalyseur d'un drame inévitable.»

Mon avis

7/10

Les drames contemporains, ce n'est pas tout à fait mon truc, mais j'ai tenté le coup avec L'été dernier à Syracuse. Cela n'a pas été une lecture que j'ai adorée, mais j'ai quand même relevé certains points que j'ai aimés et qui en ont fait une lecture addictive. 

D'abord, j'ai trouvé l'ambiance très réussie. C'est l'Italie, la chaleur, la plage... et c'est aussi une sensation oppressante de mensonge et de manipulation conjugale. J'ai beaucoup aimé ce mélange de légèreté et de lourdeur. Tout est caché, tout est recouvert et c'est intéressant pour le lecteur de pouvoir percer les mystères à travers des chapitres selon le point de vue de chaque personnage. 

Du côté des personnages, j'ai trouvé qu'ils servaient très bien l'histoire. Ils ne sont pas nécessairement attachants, mais c'est bien ainsi. Aucun d'eux n'est heureux et j'ai trouvé plaisant de découvrir le côté noir de chacun. Il y a un personnage qui sort énormément du lot: Snow, la fille de l'un des deux couples de l'histoire, qui a une douzaine d'année. Sa mère la couve et la traite comme fillette. Elle a une personnalité très étrange, psychopathe sur les bords. Une grande partie de mon intérêt pour ce livre a été ce personnage, qui est si difficile à cerner.

Pour conclure, c'était une lecture agréable avec une ambiance très prenante qui saura plaire si une histoire de mensonge et de manipulation vous tente. 

Je remercie grandement les éditions Michel Lafon Canada pour ce partenariat!